Rechercher
  • violetteclaudie

COMMENT FÊTERONS-NOUS NOËL CETTE ANNÉE ?



Les professionnels des arts de la table ont la réponse !

Après un Noël 2020 sous cloche (rappelons-nous, nous sortions du second confinement et étions limités à 8 personnes à table, pas franchement la bamboula), la saison 2021 sera-t-elle l’année de la revanche, de la joie retrouvée, des grandes tablées ? Ensemble, c’est tout ? Oui, mais pas seulement.

Francéclat prévoit que les Français.es auront envie de diversité et de séquences alternatives : fêter la fin d’année en trois étapes, comme autant de moments de vie à partager, en faisant se succéder grande tradition (ambiance « Nadine de Rothschild n’est pas ma cousine ») repas plus casual (« Tiens, c’est la fée des bois qui a mis le couvert ») et tables graphiques et épurées (« sous la dinde, une œuvre d’art vous contemple »).

En clair : même les maîtresses de maison vont recommencer à s’amuser !


Le petit point sur la conjoncture du marché des arts de la table :

Pour dire les choses rapidement (Francéclat tient à votre disposition des graphiques de chiffres et de statistiques très pointus) : si le secteur de la restauration et de l’hôtellerie a terriblement souffert depuis le début de la pandémie, chez les particuliers, les semaines confinées face aux mêmes assiettes ont déclenché une envie pressante de changer de décor (de table entre autres). D’où une progression des ventes qui a fait chaud au cœur des entreprises de Francéclat.


LA NUIT DE NOËL : FAUT QUE ÇA ÉMERVEILLE !

Comment qualifier cette énorme envie d’une table fastueuse, scintillante, pleine de lumière, de surprises et de gaieté ? De pied de nez aux mois d’austérité que nous venons tous de traverser, masque sur le nez et moral en berne ? En tout cas, les Français.es se sentent pousser des ailes de scénographes.

Imaginons une table qui aurait été dressée à quatre mains par Marie-Antoinette et India Mahdavi : du grandiose, de la tradition, mais aussi la touche de décalage indispensable pour ne pas s’ennuyer. Le vintage vient côtoyer le moderne, des objets détournés de leur fonction s’invitent dans le décor, on déniche la beauté partout où elle se cache, dans une statuette toujours vue mais jamais regardée, ou dans une paire de chandeliers usés, soudain magnifiés par un feu d’artifice de branchages... le seul mot d’ordre étant d’inventer un moment destiné à devenir un souvenir inoubliable.



LE MATIN DE NOËL : FAUT QUE ÇA DORLOTE !

Le lendemain matin, on a envie de calmer le jeu. Pour achever de réveiller en douceur ces invités qui arrivent au compte-gouttes (mention spéciale aux ados qui débarqueront affamés bien après l’heure des croissants... «comme les rois mages en Galilée » disait la chanson, et c’est de saison !), on privilégie les matières apaisantes à l’œil et au toucher. Du bois, du lin, de la céramique ronde et lisse, des couleurs feutrées, la sensorialité à l’état brut. Quoi de plus convivial qu’une pile de jolis bols, qu’une grosse théière en faïence, un bouquet de couverts artisanaux dans un pichet en grès, comme laissés à disposition par une gentille créature des bois ?

Le matin de Noël, non seulement on continue à savourer la joie d’être ensemble, mais on se reconnecte à l’essentiel.


LA JOURNÉE DE NOËL : FAUT QUE ÇA VIBRE !

Autre repas, autres envies ! Après avoir renoué avec les traditions et retissé les liens avec nos convives, on entend les surprendre, et pourquoi pas, se surprendre soi-même. Pour cela, on rêve d’une table graphique, nette comme un trait d’épure, où le monochrome gris ou blanc joue avec l’éclat argenté des couverts et les sets de table design transforment le décor en tableau contemporain. C’est, tiens donc, l’occasion de s’offrir de nouveaux verres, simples et purs comme du cristal... Parce que fêter Noël, c’est aussi célébrer l’avenir, le renouveau, le début des jours qui rallongent et affirmer que demain sera beau, coûte que coûte. C’est déjà se projeter dans l’année prochaine ! La journée de Noël : faut que ça vibre !


Texte écrit par Alix Girod de l’Ain sur les propos de Blandine Franc, Présidente de la Commission Développement France Arts de la table de Francéclat et Directrice Marketing International de Dior Maison. Accélérateur de développement, Francéclat décrypte les marchés, provoque des rencontres, soutient l’innovation, accompagne les transformations, et valorise les filières de l’horlogerie, de la bijouterie-joaillerie et des arts de la table en France et dans le monde entier. La mission de service public de Francéclat est financée par les 13 000 entreprises des 3 filières.


www.franceclat.fr

www.lesartsdelatable.fr