Rechercher
  • violetteclaudie

DIAMANT : LANCEMENT DU PROJET PILOTE ASM EN RDC


Lors d'une réunion de lancement qui a eu lieu à Kananga, dans la région du Kasaï en RDC, l'Antwerp World Diamond Centre (AWDC) a lancé OrigemA, en collaboration avec le Ministère des Mines de la RDC et ses subdivisions SAEMAPE et CEEC, l'ONG DDI@RESOLVE et la société de technologie Everledger. Il s'agit d'un projet pilote qui vise à mettre en place un programme totalement transparent et numérique couvrant l'ensemble de la filière mine-marché pour les coopératives d'exploitation minière artisanale et à petite échelle (ASM) en RDC. L'objectif du projet pilote OrigemA est de mettre au point un modèle axé sur la transparence, la durabilité et le commerce équitable, susceptible d'être intensifié dans le futur, en RDC mais aussi dans d'autres pays.




La RDC est le plus grand producteur mondial de diamants extraits de manière artisanale, avec près de 70 % de la production ASM mondiale, soit 15 à 20 % de la production totale de diamants dans le monde. En raison de son caractère largement informel, ce segment de l'industrie minière du diamant est particulièrement vulnérable aux violations des droits de l'homme, aux mauvaises conditions de travail, à la corruption et au négoce opaque ou illicite. En novembre de l'année dernière à Anvers, l'AWDC et le Ministère des Mines de la RDC, le SAEMAPE et le CEEC ont signé un protocole d'accord autorisant le lancement du projet. La mise en place d'une chaîne de valeur totalement transparente est conforme aux ambitions de réforme de l'industrie du diamant énoncées par le président de la RDC, M. Tshisekedi, et son ministre des Mines, Mme Kalambayi. « Le Ministère des Mines congolais, le Cadastre Minier, le SAEMAPE et le CEEC, travailleront avec les autres partenaires pour créer un cadre légal et fiscal propice à une formalisation efficace, à la lutte contre la corruption, à l'éradication des obstacles logistiques et à l'augmentation de la transparence des flux financiers et fiscaux », a déclaré la ministre, Mme Kalambayi.


Après avoir visité diverses exploitations ASM au cours des derniers mois, DDI@RESOLVE et le SAEMAPE ont sélectionné, pour faire partie du programme pilote, six coopératives présentant différents stades de formalisation. DDI@RESOLVE, qui a créé les Maendeleo Diamond Standards (MDS) – le tout premier ensemble de normes pour la production artisanale de diamants éthiques et la sécurité de la chaîne d'approvisionnement – supervisera le projet sur le terrain, y compris la formation, le contrôle et la certification des coopératives conformément aux MDS et aux normes relatives au devoir de diligence de l'OCDE. Stephen d'Esposito, CEO de l'ONG DDI@RESOLVE : « Notre mission principale s'aligne parfaitement avec ce projet : transformer des idées ambitieuses en bénéfices réels pour les personnes, les communautés et les écosystèmes. Grâce à notre travail de longue date dans le secteur de l'exploitation minière artisanale du diamant en RDC, nous avons accumulé de vastes connaissances et une expertise considérable. Soutenus par la structure RESOLVE, nous apportons une expertise collaborative et une approche axée sur les solutions. »



La création d'un modèle pour le commerce équitable des diamants ne se limite pas à la formalisation et à la certification des exploitations minières artisanales et à petite échelle. OrigemA a l'ambition de créer, pour les productions ASM, la première chaîne de valeur soutenue par le numérique et la blockchain. Leanne Kemp, CEO d'Everledger, ajoute : « En déterminant des prix équitables et en mettant à disposition une plateforme qui témoigne de l'impact positif de ces diamants, notre rôle dans ce projet est de prouver qu'il n'est pas nécessaire d'exclure l'industrie ASM des avantages technologiques pour augmenter de manière significative la transparence du parcours d'un diamant de la mine au marché ». Forte d'une expérience approfondie du marché du diamant, mais aussi des minerais critiques et d'autres secteurs tels que les produits de luxe, l'habillement, etc., l'entreprise a pour activité principale de fournir des solutions technologiques visant à accroître la transparence des chaînes d'approvisionnement mondiales.

Outre le lancement officiel, séances d'information poussées et distribution de matériel minier aux coopératives pilotes furent au programme de la réunion de lancement étalée sur une semaine et à laquelle ont assisté le chef de cabinet du Ministère des Mines, M. X, le directeur général du SAEMAPE, M. Jean-Paul Kapongo, le directeur général du CEEC, M. Freddy Muamba, la CEO d'Everledger, Leanne Kemp, la responsable des relations avec l'industrie à l'AWDC, Karen Rentmeesters, ainsi que des représentants des six coopératives. À leur retour à Kinshasa, l'AWDC et Everledger, avec le CEEC et le SAEMAPE, ont rencontré la Ministre des Mines, Mme Kalambayi, pour un bref débriefing et de nouvelles discussions.



« Nous pensons qu'il est essentiel que tous les partenaires, y compris le gouvernement et les coopératives elles-mêmes, soient impliqués sur le terrain. Grâce à cette approche ascendante et collaborative, nous sommes en mesure de créer un concept qui tienne compte des réalités de l'exploitation minière artisanale et à petite échelle dans les régions reculées, et de faire en sorte que le modèle qui en résulte puisse être étendu et reproduit sur le terrain. C'est pourquoi il était si important de donner le coup d'envoi de ce projet pilote à Kananga, dans le Kasaï, et de se confronter directement aux coopératives et collectivités locales », déclare Karen Rentmeesters, responsable des relations avec l'industrie pour l'AWDC.


Dans sa phase initiale, OrigemA est financé par les contributions de l'AWDC, mais l'ensemble des partenaires espère obtenir un financement supplémentaire par le biais de fonds publics et souhaite par ailleurs explorer les possibilités de partenariats commerciaux au fur et à mesure de l'avancement du projet.


www.awdc.be