Rechercher
  • violetteclaudie

EXPORTATIONS HORLOGÈRES SUISSES EN 2021



Une forte reprise porte l’horlogerie suisse vers de nouveaux sommets. L’année 2021 a été marquée par une reprise plus rapide que prévu des exportations horlogères suisses. La performance a été tirée par une très forte croissance aux États-Unis, ainsi que par une tendance à la hausse constante en Chine, tandis que de nombreux autres marchés ont continué de faire face à des difficultés parfois importantes.

Le retour aux niveaux d’avant la crise dès septembre et la performance positive du quatrième trimestre ont produit les meilleurs résultats annuels jamais enregistrés pour le secteur, à 22,3 milliards de francs, en hausse de 2,7% par rapport à 2019 (+31,2% par rapport à 2020) et une amélioration de 0,2% par rapport au record de 2014. Alors que la pandémie de Covid-19 a continué de faire sentir sa présence tout au long de l’année, ses conséquences sur le marché horloger se sont avérées moins graves.

Dans l’ensemble, les biens personnels de luxe ont bénéficié de la forte augmentation de la demande en Chine et aux États-Unis, des opportunités supplémentaires créées par la numérisation, de l’utilisation des économies accumulées pendant les différents confinements et des restrictions plus importantes sur les expériences de luxe, en particulier les activités liées au tourisme. Alors que le travel retail a souffert de la baisse du tourisme, une augmentation des achats intérieurs, un passage aux canaux numériques et le développement du marché hors taxes à Hainan ont compensé les pertes dans une certaine mesure.

Malgré les résultats globalement encourageants de 2021, des écarts marqués existent entre les différents acteurs du secteur du luxe et de l’horlogerie suisse. La croissance est davantage tirée par un ensemble de marques que par catégories de produits comme par le passé, tandis que d’autres s’avèrent moins réussies et, dans certains cas, subissent des baisses significatives. La même polarisation est observée sur les marchés et les segments de prix, comme en témoigne la baisse des volumes. Cela s’explique en partie par les facteurs économiques actuels associés à la pandémie – qui sont par définition temporaires – mais aussi, plus inquiétant, par des changements structurels, auxquels le secteur doit répondre et s’adapter.

Malgré une situation sanitaire toujours précaire et des perspectives macroéconomiques moins favorables pour les principaux marchés, les biens personnels de luxe devraient connaître une augmentation de la demande en 2022. Les bons résultats obtenus l’année dernière – et même plus tôt, en 2020, en Chine – créeront néanmoins un effet de base légèrement défavorable. Compte tenu de ces facteurs et d’un degré d’incertitude encore important, les prévisions pour les exportations horlogères suisses reposent sur un optimisme prudent.


Produits

Les exportations de montres-bracelets ont augmenté de 3,5% par rapport à 2019, à 21,2 milliards de francs. Le nombre d’articles a toutefois continué de baisser, à 15,7 millions. Il s’agit d’une baisse de 4,9 millions (-23,8 %) par rapport à 2019.

Les prix des montres à moins de 500 francs (prix à l’exportation) ont fortement baissé, représentant plus de 95% de la baisse des volumes, avec une baisse de 25,1% de leur valeur à l’exportation. La baisse de la valeur des montres dont le prix se situe entre 500 et 3'000 francs a été nettement moins marquée (-3,5%), tandis que les prix des montres à plus de 3'000 francs ont progressé de 9,7%.

Les groupes de matériaux qui ont connu la plus forte baisse des volumes sont l’acier (-21,4 %) et la catégorie des autres matériaux (-37,4 %). La valeur a été principalement tirée par les montres en métaux précieux (+7,8%) et en acier (+2,9%).


Marchés

Parmi les principales régions, l’Amérique (+21,7% par rapport à 2019) a enregistré la plus forte croissance grâce aux Etats-Unis, absorbant 17% des exportations horlogères suisses. En Asie (+1,0%), la croissance en Chine a été compensée par des baisses souvent marquées sur la plupart des autres marchés du continent. Sa part de marché était de 52%. L’Europe a globalement reculé (-3,4%), avec une part de marché de 29%.

Les Etats-Unis (+27,8%) ont connu une croissance remarquable tout au long de l’année et ont de nouveau été le premier marché pour les exportations horlogères suisses. La Chine (+48,8%) arrive juste derrière, grâce à une croissance soutenue et soutenue. À eux deux, ces marchés représentaient 27 % de la valeur totale et représentaient la majeure partie de la croissance observée.

Hong Kong (-20,7%), le Japon (-11,9%) et la Corée du Sud (-18,7%) ont tous connu de fortes baisses. À l’inverse, Singapour (+0,6%) est revenue à son niveau de 2019, tandis que les Émirats arabes unis (+6,4%) l’ont dépassé.

En Europe, le Royaume-Uni (-2,4%) s’en sort mieux mais continue de reculer et l’Allemagne (-5,9%) enregistre une baisse notable, tandis que la situation reste difficile en France (-11,2%), en Italie (-11,5%) et en Espagne (-12,9%). Les Pays-Bas (+12,6%) ont connu une forte croissance, probablement pour des raisons logistiques.