top of page
Rechercher
  • violetteclaudie

UN TOURNANT DANS L’ACCESSIBILITE DES ARCHIVES HORLOGERES



En horlogerie, l’heure est à la mise à disposition des archives sur Internet.

Trois projets menés de manière complémentaire concourent actuellement à rendre les archives beaucoup plus accessibles : ARC HORLOGER et son portail d’orientation, présentant 33 lieux de ressources documentaires de l’Arc jurassien ; The Watch Library, une plateforme numérique d’envergure internationale qui réunit à ce jour plus de 330 000 documents ; enfin, CHRONOSPEDIA, active dans la modélisation 3D et l’exploration virtuelle d’horloges et de pendules, qui enrichira très prochainement son site internet de nouvelles données.

 

ARC HORLOGER et son répertoire des ressources documentaires

Né dans le sillage de l’inscription, en décembre 2020, des savoir-faire en mécanique horlogère et

en mécanique d’art sur la Liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO, le projet ARC

HORLOGER a pour mission de fédérer les détenteurs de savoir-faire, de favoriser la pérennité et la

transmission des pratiques à travers différentes mesures de sauvegarde.

Parmi les actions prévues figurait la réalisation d’une plateforme d’orientation vers des lieux de ressources documentaires de l’Arc jurassien franco-suisse. Au cours des dernières années, un travail d’inventaire systématique a été mené auprès des institutions concernées – centres d’archives et de formation, musées, associations et fédérations. Un répertoire a ainsi été constitué, qui offre une

vue sur 33 lieux conservant des archives horlogères et en mécanique d’art. Il a récemment été intégré au site internet d’ARC HORLOGER (www.arc-horloger.org), sur la carte interactive de l’Arc

jurassien, où il peut être consulté librement.

 

The Watch Library (TWL), la plateforme des archives horlogères numérisées

Portée par la Fondation The Watch Library, créée en septembre 2021 et reconnue d’utilité publique, la plateforme (https://watchlibrary.org/fr) invite depuis le 1er septembre 2023 à explorer l’histoire de la montre de 1650 à nos jours. Fruit de plusieurs années de recherches, de regroupement et de numérisation d’archives traitant de l’horlogerie, elle rassemble actuellement plus de 330 000 documents et pages d’archives issues en particulier de musées, bibliothèques, magazines et fonds particuliers en Suisse, en France et à l’international. Si les archives actuelles sont en français et en anglais, elles seront rapidement complétées par des documents provenant des quatre coins du globe, y compris l’Asie. Cette semaine, The Watch Library révèle sur son site les dix premières années d’une archive rare et majeure de l’horlogerie : La Suisse Horlogère, éditée de 1948 à 1978. Les autres années suivront dans les prochaines semaines.


CHRONOSPEDIA, une base de données en ligne avec modélisation 3D

CHRONOSPEDIA (https://chronospedia.com) développe une base de données numériques en accès libre grâce à sa collaboration avec une quarantaine de structures, franco-suisses pour l’instant. Elle réunira les savoirs liés aux pendules, horloges et horloges d’édifice conçues en Europe entre 1300 et 1900. Les premiers éléments sont déjà en ligne et son incrémentation progressive est programmée jusqu’en 2028.

L’ADN du projet est l’utilisation de la 3D pour la sauvegarde des mécanismes horlogers et leur médiation, même si des fiches techniques, listes de pannes, bibliographies, archives de musées seront disponibles à terme pour chaque famille de mécanisme. Ainsi, la coopération étroite de

CHRONOSPEDIA avec le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche permettra l’archivage pérenne des données et la mise à disposition d’outils de visualisation en réalité virtuelle, en réalité augmentée et autres process à la pointe de l’innovation technologique.

 

Des plateformes complémentaires

A travers le présent communiqué, les responsables des trois projets expriment leur volonté de coopérer. Tous sont soucieux de poursuivre leur important travail en s’appuyant mutuellement et

de manière complémentaire.

Les trois projets sont nés de la conviction que le patrimoine horloger, en particulier archivistique, représente une ressource capitale : réservoir inépuisable de connaissances, il est à même de stimuler les imaginations, la créativité et l’innovation. Or et jusqu’il y a peu, la documentation restait d’un accès difficile, réservée à quelques spécialistes, historiens ou chercheurs.

 

Contacts

- ARC HORLOGER, les cheffes de projet : france.terrier@arc-horloger.org (CH) et julia.wyssling@archorloger.org (FR)

- The Watch Library, co-fondatrice et directrice générale, Martine Depresle :

 - CHRONOSPEDIA, co-fondateur, François Simon-Fustier : f.simon-fustier@chronospedia.com

(Source : Communiqué de presse conjoint de ARC HORLOGER, THE WATCH LIBRARY et CHRONOSPEDIA)

bottom of page